ACIDES ANIMES
Les acides aminés sont les éléments constitutifs des protéines.
Ils sont au nombre de 20 et on les classe en deux groupes :
-9 acides aminés indispensables qui ne peuvent être synthétisés par l’homme et doivent donc être apportés par l’alimentation : isoleucine ; leucine ; valine ; thréonine ; phénylalanine ; tryptophane ; méthionine ; lysine ; et l’histidine chez le nourrisson.
-11 acides aminés non indispensables ; alanine ; glutamine ; acide aspartique ; acide glutamique ; asparagine ; cystéine ; proline ; glycine (ou glycocolle) ; arginine ; tyrosine ; sérine.
D’un point de vue nutritionnel il est d’usage de compter ensemble méthionine + cystéine et phénylalanine + tyrosine car un déficit en méthionine peut être corrigé par un apport en cystéine et un déficit en phénylalanine par un apport en tyrosine.

ANTIOXYDANTS
Les antioxydants sont des additifs utilisés pour éviter l’oxydation des matières grasses des aliments. Ils empêchent les matières grasses de devenir rances et les aliments de se décolorer.Dans la liste des ingrédients, il s’agit des éléments énumérés de E300 à E321.Les antioxydants les plus connus sont les vitamines C et E.

BETA CAROTENE : Le bêtacarotène est traditionnellement utilisé comme un antioxydant qui va contribuer à détruire les radicaux libres avant qu’ils n’attaquent les cellules. Le bêtacarotène est (avec la vitamine E) le plus efficace au niveau de la peau… Il faut 10 kg de carottes et 8 kg de luzerne pour obtenir 1 g de bêtacarotène pur.

CHOLESTEROL
Le cholestérol est une substance qu’on retrouve en très petites concentrations dans les denrées alimentaires. Le cholestérol est essentiel pour le corps humain mais peut causer des problèmes cardio-vasculaires en concentrations trop élevées. Le cholestérol dans le sang provient principalement de l’assimilation d’acides gras au cours de la digestion des lipides. L’assimilation de cholestérol contenu dans les aliments ne représente en réalité qu’une partie limitée du cholestérol présent dans le sang.
C’est pourquoi, les produits à basse teneur en cholestérol, actuellement très populaires, ne constituent pas réellement une aide pour faire baisser le taux de cholestérol. Pour faire baisser le taux de cholestérol dans le sang, il faut réduire et équilibrer les apports en matières grasses, et non pas seulement l’apport en cholestérol. Une règle de conduite simple est d’absorber deux fois plus de graisses insaturées que de graisses saturées et de veiller à ce que les matières grasses ne représentent pas plus de 30% des calories absorbées.
(Very) Low Density Lipoprotein et High Density Lipoprotein). La présence de cholestérol dans le sang résulte de la relation existant entre trois types de cholestérol différents: VLDL, LDL et HDL. Dans le monde occidental la plupart des gens ont une concentration trop élevée en LDL suite à une consommation trop importante de matières grasses. Cela mène à un risque accru de maladies cardio-vasculaires parce que la LDL s’accumule à l’intérieur des artères. Le HDL a la propriété de pouvoir résorber la LDL à l’intérieur des artères et de réduire ainsi l’artériosclérose. Un taux de « bon » cholestérol peut être obtenu par un régime équilibré. Une règle de conduite simple est d’absorber deux fois plus de graisses insaturées que de graisses saturées et de veiller à ce que les matières grasses ne représentent pas plus de 30% des calories absorbées.
Voir aussi: cholestérol et acides gras.

ISOLEUCINE
L’isoleucine est un acide aminé essentiel devant faire l’objet d’un apport par l’alimentation.

OLIGO-ELEMENTS
le terme oligo-élément désigne des métaux ou des métalloïdes, dont la concentration tissulaire est inférieure à 1 mg/kg.
Les oligo-éléments essentiels : plus de 50 éléments ont été retrouvés chez l’homme, mais à peine une quinzaine se révèlent indispensables au bon fonctionnement de l’organisme : chrome, cobalt, cuivre, étain, fer, fluor, iode, manganèse, molybdène, nickel, sélénium, silicium, vanadium et zinc. Ces oligo-éléments sont dits  » essentiels  » car ils agissent comme catalyseurs de réactions biochimiques. Non synthétisés par l’organisme, ils nécessitent un apport alimentaire. Toute carence entraîne un trouble fonctionnel nécessitant une supplémentation à dose physiologique.
Les oligo-éléments non essentiels : les oligo-éléments non essentiels ou artificiels ne sont pas habituellement présents chez l’homme : aluminium, argent, bismuth, lithium, or… Aucune action physiologique naturelle ne leur est attribuée. En revanche, ils sont dotés de propriétés pharmacologiques indiscutables à dose pondérale. Dans le cadre de l’oligothérapie, il sont prescrits à faible dose (de l’ordre du microgramme).

ORAC (Oxygen Radical Absorbance Capacity)
veut dire Capacité Radicale de l’Absorption de l’oxygène. Les radicaux libres d’oxygène peuvent endommager nos cellules et interrompre l’activité normale de l’ADN. Les aliments possédant des valeurs ORAC élevées peuvent absorber et neutraliser ces radicaux libres nuisibles et ainsi nous offrir une protection critique contre ce dommage.
La méthode ORAC, fiable et reconnue, développée aux USA, pratiquée en Europe, permet de quantifier l’activité antioxydant des nutriments.

PHOSPHORE
le phosphore ne se trouve pas à l’état pur dans notre corps, mais sous forme de sel. Les composés de phosphore (phosphates) jouent, avec le calcium et la vitamine D, un rôle important comme élément constitutif des os. Le phosphore est aussi nécessaire à la formation de la substance musculaire, à la formation des cellules cérébrales et nerveuses, au métabolisme et comme stimulant énergétique. Moleschott, physiologue hollandais, disait il y a plus d’un siècle déjà, ces mots : « sans phosphore pas de pensée ». Un manque de phosphore provoque en effet des amnésies, compromet l’assimilation des glucides et des sucres et peut conduire à un état d’affaiblissement général.
À quoi sert le phosphore ?
À former vos os et vos dents.
À maintenir votre sang à un degré d’acidité (pH) normal.
À participer à presque toutes les réactions chimiques à l’intérieur de vos cellules.
À emmagasiner et à produire l’énergie dont votre corps a besoin.

POLYSACCHARIDES
Les polysaccharides sont de longues chaînes de sucres qui sont liés l’un à l’autre. Quelques exemples: l’amidon et le glycogène. Avant que l’énergie puisse être retirée du polysaccharide, celui-ci doit être décomposé en sucres. Cela prend du temps. Les polysaccharides sont un exemple de « sucres lents » et ne fourniront de l’énergie au corps que quelques heures après leur consommation.

PROTEINES
Elles sont les constituants essentiels de tous les organismes vivants et sont composées de molécules d’acides aminés dont certains sont essentiels (AAE) ou dits indispensables.
Appelées aussi protides, les protéines sont un assemblage d’acides aminés. Une protéine peut compter plusieurs centaines d’acides aminés. Selon leur nombre et leur ordre d’enchaînement, les caractéristiques et fonctions des protéines sont différentes. Certaines servent de matériaux de construction pour les tissus et liquides biologiques (ex : muscles, cartilages, etc.). D’autres sont les composants essentiels de substances biologiques actives comme les enzymes, les anticorps, certaines hormones, etc.
Constituants de base de toutes les cellules vivantes et de tous les organismes vivants, les protéines sont la seule source d’azote, élément chimique indispensable à la vie. Les besoins en protéines sont à considérer aussi bien en terme de quantité que de qualité, en fonction de la nature des acides aminés qui les composent. On parle de «valeur biologique» des protéines. Une protéine est dite de bonne valeur biologique lorsqu’elle apporte à l’organisme les acides aminés dits essentiels car non synthétisables par ce dernier. Si les protéines sont présentes dans la plupart des aliments, elles n’ont pas la même valeur. Ainsi, les protéines animales ont une meilleure valeur biologique que les protéines végétales.

RADICAUX LIBRES
Molécules très réactives et instables dérivés de l’oxygène qui s’attaquent aux molécules fragiles des cellules (ADN, lipides, protéines) jusqu’à les dégrader entièrement. Leur prolifération est accentuée par le soleil, la pollution et le tabac ; ils sont la principale cause du vieillissement cellulaire.

SODIUM
Le sodium se trouve sous diverses formes dont la plus connue est le sel ordinaire (Chlorure de sodium). Le sodium est indispensable à la transmission de l’influx nerveux et gouverne, avec le potassium, tout l’équilibre hydrique de l’organisme. Il règle la répartition de l’eau corporelle, les mouvements d’eau dans l’organisme, les échanges entre l’eau intracellulaire (où se trouve le potassium) et l’eau extra-cellulaire. Le sodium est en permanence absorbé dans le tube digestif pour rejoindre le sang. Le surplus est filtré et éliminé par les reins en même temps que la quantité d’eau nécessaire. Un excès de sel donne soif parce que l’équilibre hydrique de l’organisme est perturbé par une élimination importante. Le sel est éliminé dans les urines mais aussi dans la transpiration. Une carence prolongée en sodium entraîne une déshydratation, de l’hypotension, de la fatigue musculaire, une baisse de la libido et une altération des fonctions du système nerveux.

SELENIUM
Oligo-élément aux propriétés anti-oxydantes puissantes, véritable atout contre le vieillissement
le sélénium est un oligo-élément, c’est-à-dire une particule minérale présente à l’état de trace dans notre organisme. La meilleure connaissance des différents métabolismes et réactions biochimiques de notre corps a permis de déclarer le sélénium, oligo-élément essentiel pour le rôle déterminant qu’il joue notamment dans les défenses de l’organisme.
À quoi sert le sélénium ?
À protéger les cellules de votre corps contre les radicaux libres, ces derniers contribuant au développement de certaines maladies chroniques comme le cancer et les maladies cardiovasculaires.
À munir votre organisme d’un système de défense contre les infections.
À synthétiser l’hormone sexuelle mâle, la testostérone, et à former des spermatozoïdes en santé.
À produire des hormones contrôlant vos réflexes et régulant la vitesse à laquelle votre corps produit de l’énergie et transforme la nourriture en matériaux dans votre organisme

SELS MINERAUX
Eléments minéraux (phosphore, calcium, potassium, sodium, magnésium, …) indispensables aux êtres vivants et contenus dans la terre, l’eau, les aliments ou les tissus organiques. En sol, la décomposition biologique réduit les matières organiques en sels minéraux (sous forme de cendres après la calcination des tissus organiques) qui sont ensuite transportés par l’eau.

SYSTEME IMMUNITAIRE
Le système immunitaire est probablement notre meilleur allié contre la maladie. En quelque sorte, on peut l’imaginer comme notre force de guérison. C’est lui qui assure la lutte contre les infections courantes en saison froide, comme le rhume et la grippe, mais aussi les longs combats contre le cancer. Ainsi, santé et immunité sont intimement liés : prendre soin de sa santé permet d’améliorer son immunité, et vice-versa. Avoir un système immunitaire sain est non seulement un gage de santé, mais aussi de vie! Sans système immunitaire, une banale éraflure deviendrait fatale puisque l’éraflure expose nos tissus à une foule de microbes étrangers, présents dans l’air et sur la peau. Dans cette fiche, nous tentons de répondre à la question suivante : que peut-on faire pour fortifier nos défenses immunitaires ?

TRYPTOPHANE
Le tryptophane est un acide aminé essentiel qui activera l’hormone du sommeil.

VITAMINES
VITAMINE B : par vitamine B on entend tout un complexe qui comprend environ une douzaine de vitamines (B1, B2, B3, B4, B5, B6, B7, B8, B11, B12, B13, ainsi que les vitamines U et L). Nous trouvons la vitamine B surtout dans la levure, dans les céréales complètes (riz, froment, seigle, avoine, millet, orge) et surtout dans leur germe et leur péricarpe, dans les légumineuses, le soja, les oléagineux et en petites quantités dans les légumes. La vitamine B est hydrosoluble, elle supporte assez bien la chaleur et l’entreposage, mais ne s’accommode pas de l’acide sulfurique et de la soude. La vitamine B est connue avant tout comme la vitamine des nerfs, mais elle possède plusieurs autres propriétés : elle participe à la métabolisation des glucides et à la formation du sang. Elle est utile pour les cheveux et les ongles, elle influence la respiration cellulaire et la croissance. Pendant la grossesse et l’allaitement, son besoin s’accroît. Une carence en vitamine B se traduit par une grande fatigue, par une capacité physique et intellectuelle affaiblie, par des lèvres qui s’écaillent et s’enflamment et surtout par une nervosité accrue. Des dermatoses, des vomissements, des insomnies peuvent être dûs à une carence en vitamine B. L’avitaminose B la plus connue est le béribéri, une maladie redoutée connue surtout en Extrême Orient.

VITAMINE C : la vitamine C est anti-infectieuse, elle participe au développement des agents bactéricides dans le sang, elle permet l’assimilation du fer et par là, la formation du sang dans la moelle osseuse. La vitamine C exerce un rôle important sur le métabolisme et pour la désintoxication du corps, elle est favorable à la fonction cellulaire et influence les fonctions glandulaires et hormonales. Le manque de vitamine C s’exprime par de la fatigue, l’apparition de carie dentaire, le saignement des gencives, une baisse de la capacité physique et intellectuelle, par une grande prédisposition aux maladies et une capacité de cicatrisation diminuée. La vitamine C renforce la tonicité de la tunique veineuse et capillaire dont elle diminue la perméabilité. La vitamine C est un piégeur de radicaux libres, un anti-oxydant majeur, un antivieillissement. Elle est particulièrement recommandée pour les grands fumeurs qu’elle protège contre les effets néfastes des goudrons et dont les besoins en vitamine C sont plus importants. L’apport journalier nécessaire de vitamine C est de 60 mg. Il faut savoir que l’organisme rejette la vitamine C au-delà de 180 mg absorbé. Ainsi dans un cachet ou comprimé de 500 mg, 320 mg seront rejetés. Ce surplus est non seulement inutile pour l’organisme mais est susceptible de provoquer une fatigue rénale.

VITAMINE E : la vitamine E se trouve dans tous les germes de céréales, dans les graines et dans les huiles de graines ou de germes. On la trouve aussi dans les légumineuses, dans les arachides, dans le beurre, le jaune d’œufs et les plantes vertes. Antioxydante, elle protège la vitamine A et les graisses poly-insaturées de l’oxydation.

VITAMINE B6 : la vitamine B6 ou pyridoxine se compose de trois substances : la pyridoxine, la pyridoxamine, la pyridoxal. La vitamine B6 est nécessaire à de très nombreuses réactions métaboliques comme le métabolisme des acides aminés et des protéines. Elle régularise le métabolisme des tissus du foie, du système nerveux, de la peau et intervient dans le métabolisme des protéines, des glucides et des lipides. La vitamine B6 est nécessaire à l’assimilation du magnésium. Elle stimule le système immunitaire et est antiradicaux libres.

VITAMINE B12 : Aussi appelée cobalamine, la vitamine B12 est essentielle à une bonne santé.
À quoi sert la vitamine B12 ?
À produire notre ADN, le matériel génétique de nos cellules.
À maintenir nos cellules nerveuses et nos globules rouges en santé.

ZINC
Oligo-élément important pour assurer la liaison des protéines de kératine dans les cheveux et les ongles.
ZINC : le zinc, métal basique, a un effet calmant. Il joue également un rôle important dans la vitalité et favorise le renouvellement cellulaire. Le zinc intervient dans la plupart des réactions physico-chimiques de l’organisme. Activateur métabolique, il facilite les oxydo-réductions dans le domaine nutritionnel. Il favorise la fécondité de la femme et contribue à améliorer la qualité du sperme. C’est aussi un protecteur de la peau. Son effet s’exerce aussi dans l’activité de la prostate. Lorsque le zinc fait défaut, on constate un grossissement des testicules qui peut amener à la prostate chronique. Il contribue aussi à résoudre les pannes passagères de la libido de l’homme. Aujourd’hui, le caractère indispensable du zinc dans la physiologie de l’homme, est définitivement établi, non seulement pour la constitution de la catalase, mais pour celle d’autres enzymes et coenzymes. Le zinc, dont notre alimentation raffinée est assez pauvre, a une grande importance dans les mécanismes hypophysaires et il est un des constituants du sperme. L’alimentation fournissant a grand peine la ration quotidienne nécessaire (8 à 10 mg), et chaque éjaculation contenant 1 mg de zinc, certains médecins américains reprennent à leur compte la vieille idée que la masturbation excessive peut produire certains troubles. Le zinc intervient dans de très nombreux métabolismes, notamment ceux de l’assimilation glucidique. Sa carence conduit à l’hypoglycémie qui se traduit par un mauvais fonctionnement du système nerveux (la cellule nerveuse consomme trois fois plus de sucre que les autres cellules). L’absence de zinc est aussi responsable de l’acné… Le sperme est d’ailleurs un véritable concentré d’oligo-éléments divers et seule une alimentation équilibrée peut assurer une composition normale de celui-ci. Certaines stérilités masculines sont imputables à des carences en oligo éléments. Le zinc intervient également directement dans la régénérescence du tissu rétinien. Un apport régulier de zinc retarde l’apparition de la cataracte.
À quoi sert le zinc ?
À faire travailler chaque jour plus de 100 enzymes différentes de votre corps.
À combattre les infections.
À faciliter la cicatrisation de vos blessures.
À maintenir votre sens du goûter et de l’odorat.
À permettre le développement et la croissance normale du fœtus durant la grossesse, ainsi que ceux des enfants et des adolescents.
À réguler l’expression de vos gènes.

Vu sur GOJI de CHINE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *